Omorovicza, les soins thermaux made in Budapest

Budapest est sans doute l’une des plus belles villes d’Europe. Mais c’est aussi une prestigieuse station thermale connue pour ses splendides bains communs. Pour avoir eu la chance de les découvrir en période hivernale, avec la neige autour des bassins, je confirme que c’est une expérience inoubliable…

C’est en 1800 que la famille Omorovicza a érigé le centre thermal de Racz au dessus de la source thermale médiévale. Environ 200 ans plus tard Stephen de Heinrich de Omorovicza, descendant de la famille, emmène sa future femme dans ces thermes… Naturellement fascinés par les effets thérapeutiques de ces eaux riches, ils décidèrent de créer une gamme de soins anti-âge, utilisés aujourd’hui dans le SPA des thermes et ceux agrées.

J’ai bien évidemment voulu tester ces soins, et pour cela j’ai choisi de commencer avec des « classiques »: un nettoyant et un gommage.

Le Baume nettoyant thermal s’est ainsi imposé comme une évidence puisque je suis accro aux démaquillants ayant ce type de texture! D’autant plus que celui-ci a été plusieurs fois primé, notamment par le célèbre Harper’s Bazaar.

En regardant sa composition de plus près, on comprend déjà l’engouement pour ce produit: de l‘huile d’amande douce, de la boue de tourbe hongroise (concentrée en magnésium et calcium), de la cire d’abeille, de l’huile végétale d’abricot, des extraits de prunier, d’acérola mais aussi de l’eau thermale des sources ainsi que des ferments qui en sont issus. Enfin, sa formule est enrichie en Healing Concentrate™ breveté par les fondateurs de la marque, et qui permet de capturer puis de libérer les minéraux contenus dans l’eau curative au plus profond de la peau.

Ce baume est conseillé pour tous les types de peau: sèche, mixte, mature, grasse… Il enlève le maquillage résistant ainsi que le mascara! Dans la description il est mentionné également pour éliminer le wateproof mais j’avoue ne pas avoir encore essayé.

 

Sa texture de beurre fondant est juste additive, tout comme son odeur évanescente de fleur d’oranger. Je suis une fan absolue de ce parfum…

Parce que le baume est plutôt épais (ce qui est très agréable) il en faut peu pour couvrir tout le visage, surtout que celui-ci se transforme en huile sous la chaleur des doigts. Je n’hésite pas à passer sur les yeux pour dissoudre le mascara qui part sans problème, et sans picotement ou quelconque gêne. Le rinçage se fait ensuite à l’eau chaude mais contrairement à d’autres baumes démaquillants, celui d’Omorovicza ne se transforme pas en lait. De ce fait j’utilise le petit gant fourni (tellement mignon en plus) pour tout enlever sans inconvénient!

Le constat est sans appel: tout part avec le mini-gant et le baume qui emprisonne le maquillage et les impuretés. La peau est toute douce et rebondie… On peut donc s’arrêter là, sécher et lotionner mais pour un nettoyage plus complet, je termine avec un gel nettoyant doux (en ce moment le celui de Lavera).

 

Ensuite, une fois par semaine environ, j’utilise mon deuxième produit soit l’Exfoliant resurfaçant pour le visage. Sa belle texture gel à la couleur vert émeraude est due à la présence de micro-algues marines qui oxygènent la peau et apportent une action anti-radicalaire, tandis que la poudre de pierre de lave gomme et affine le grain de peau.
On trouve également dans sa composition des acides de fruits exotiques et lactobioniques qui renforcent cette action de manière enzymatique, ainsi que du gluconate de cuivre (astringent et purifiant), de la boue de tourbe (absorbante, purifiante) et une certaine dose de Healing concentrate.

Si son odeur est un peu plus « marine » par la présence des micro-algues, l’action exfoliante et bien présente. Les grains ne sont ni trop abrasifs ni pas assez, c’est pour moi la juste harmonie pour avoir un gommage efficace tout en évitant de traumatiser l’épiderme.

Après avoir massé en mouvements circulaires, le gommage doit être laissé posé 2 minutes afin que les acides présents dans la formule puissent agir. A ce stade la texture est devenue une sorte de crème, laissant découvrir la présence de la boue de tourbe. Je dois dire que ce jeu de textures et de senteurs me donnent vraiment l’impression de faire un soin en SPA lorsque j’utilise ces produits et.. j’adore ça!

Au final la peau se découvre douce comme celle d’un nourrisson et je n’ai qu’une seule hâte: recommencer!

Bien que les soins soient onéreux (comptez 65€ pour le baume thermal et 80€ pour l’exfoliant resurfaçant) la qualité et la sensorialité sont poussées à l’extrême et le dépaysement à l’utilisation est là. Je ne peux que vous conseiller d’essayer ces deux produits si le budget vous le permet, bien évidemment!

 

Vous pouvez retrouver les produits directement sur l’e-shop Omorovicza.

`

Rendez-vous sur Hellocoton !

2 thoughts on “Omorovicza, les soins thermaux made in Budapest

  1. Cette marque dont j’entends parler depuis quelques mois me fait de + en + envie ! Et ton article ne fait que renforcer mon attrait pour elle et particulièrement ces 2 produits 🙂 Malheureusement c’est hors budget pour moi…

    • Sapphire

      Ah oui cette marque n’est pas du tout à la portée de toutes les bourses! Elle est même placée (enfin pour moi) dans la catégorie luxe… mais luxe beaucoup plus sympa qu’à la normale avec les compositions!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *