Les parfums aux hormones: nouvelle tendance?

On en entend de plus en plus parler, les parfums aux phéromones et hormones sortent leur carte du jeu afin de séduire une  clientèle avide de nouveauté. En effet, plus qu’un simple sillage odoriférant, les eaux de parfum contenant ces molécules auraient un pouvoir décuplé par leur effet sur le système neuro-somatique… Alors, est-ce que ça fonctionne réellement?

Expliquons déjà le principe de fonctionnement: les phéromones sont des « marqueurs du soi » représentées par une odeur personnelle et unique, destinée à attirer un partenaire sexuel. Au fondement donc, ce sont des hormones permettant la pérénité de l’espèce, ce qui explique pourquoi les phéromones sont plus distinguables chez les animaux.

Cette odeur imperceptible de façon consciente, est considérée comme le langage du corps par lequel transparaissent les signaux d’une attirance sexuelle. C’est pourquoi les composants de cette odeur sont aujourd’hui prisés pour en faire… des parfums.

L’Androsténone, dérivée de la testostérone.

C’est par exemple le cas des créateurs de PhieroWoman (et Phieroman pour homme), fragrance contenant pas moins de 4 molécules différentes censées agir sur les récepteurs de l’attirance: l’Estratetraenol (apporte une sensation de « plénitude »), l’Androsténone (dérivée de la testostérone pour un effet « de domination et d’intimidation »), l’A-keto (hormone humaine considérée comme « phéromone de l’amour ») et le Delta 16-ol (la phéromone de « communication).

L’idée? Apporter confiance en soi, aisance, sociabilité et bien sûr, séduction. Le parfum est donc décrit comme pouvant jouer à la fois comme « promotteur social » pour les personnes désirant une évolution favorable dans leur travail, et comme « booster d’attirance » pour celles aspirant à une reconnaissance plus « palpable » du sexe opposé. 

Et voici l’explication schématisée (crédit photo: Phierowoman)

Ce que ça donne? Contrairement à ce qu’on pourrait penser, les molécules ne donnent pas une odeur brute, animal ou charnelle. Ici, la fragrance est intensément fruitée (un mélange de mangue, papaye et ananas), chaleureuse et sensuelle.

Concernant l’effet « séducteur », cela n’est pas réellement visible puisque le charme passe avant tout par la personne, les phéromones jouant un rôle secondaire dans l’histoire. Par contre, il peut aider à se sentir mieux, en confiance grâce à une odeur plaisante et agréable (grâce aux phéromones citées précédemment?). Bref, difficile de juger un concept aussi impalpable qu’un ressenti humain…!

Toutefois l’innovation ne s’arrête pas là puisque dernièrement, la marque française Veld’s s’est enrichie d’un nouveau parfum minceur partant également d’un concept similaire. « Prends-moi », tel est le nom à l’évocation plutôt provocatrive de cette eau de soin parfumante à la Bétaphroline, caféine, carnitine et extrait de spirulina.

L’idée? Faire de cette eau un parfum « tout-en-un » censé aider à l’amincissement par plusieurs moyens:

– l’hormone du plaisir: la Bétaphroline au contact de la peau, libère les Bêta-endorphines considérées comme les « molécules du bonheur ». Celles-ci apportent alors une sensation de bien-être, de sérénité qui sont censées supprimer les comportements alimentaires compulsifs;

– le « Slimming complex »: soit un coktail d’actifs minceur déclenchant l’activité de deux enzymes responsables de la lipolyse (brûlage des graisses);

Enfin, l’elixir contient également une pyramide olfactive tel un véritable parfum avec: de la bergamote, mandarine et pamplemousse (notes de tête), puis du jasmin, ylang-ylang et lilas (notes de coeur) et pour terminer de la vanille, patchouli et santal (notes de fond).

Le résultat? D’abord, un accord naturel et fleuri très surprenant et qui change des eaux de soin habituelles. Pour le côté inhibiteur d’envies culinaires, cela n’a pas vraiment fonctionné sur moi (il faut dire aussi que je suis une grande gourmande). Par contre, je pense que l’action minceur apportée par les actifs ne peut être qu’un plus en accompagnement d’autres actions d’amincissement (massages, rééquilibrage alimentaire, etc..) même si à lui seul il ne vous fera pas perdre de kilos…

Au final entre vrai bonne idée et coup marketing, je ne sais pas trop quoi en penser. Les tarifs sont élevés (59,95€ les 30ml pour Phierowoman et 56€ les 100ml pour Prends-moi) et les résultats peut-être encore trop superficiels à mon sens. Cela dit, ils peuvent être une vraie aide au niveau du mental pour se motiver à accomplir son objectif.

Avez-vous déjà essayé ce genre de fragrance? Que pensez-vous du concept? Pour ou contre? J’attends vos avis!

Rendez-vous sur Hellocoton !

5 thoughts on “Les parfums aux hormones: nouvelle tendance?

  1. Je pense que le problème c’est que les effets seront trop légers et pas assez directs pôur être évalués

  2. j´ai reçu le phiero woman. non seulement je n´aime pas du tout l´odeur mais en plus je trouve que le concept est un total bullshit. je vais en faire cadeau à qui voudra sur mon blog en septembre.

  3. Bliss

    Je reste très sceptique, je n’ai essayé aucun de ceux que tu présentes et je n’ai guère envie de le faire…Je fais plus confiance à une bonne crème et un gant de massage!!…

  4. Aurore

    Hum…moi ça me laisse dubitative. Je resterai dans le traditionnel^^

    Merci pour cet article de qualité.

    Des bisous !!

  5. Le parfum a toujours été un atout de séduction … ce n’est pas un secret, mais je pense que certains laboratoires arrivent à pousser cette science pour les rendre encore plus attirants, ils jouent sur les odeurs fruités!, !ce genre de produits peut mettre en confiance les personnes qui en ont besoin: http://www.feminitop.com/parfums-aux-pheromones-sc72.htm

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *