Maquillage: lèvres,  Maquillage: yeux

Dior Clutch, la minaudière du Jardin de Granville…

Inspirée par le printemps et ses les jardins fleuris, la collection « Garden Party » de Dior a révélé quelques magnifiques créations telles que les minaudières, écrins symboles d’élégance et de coquetterie par excellence.

Passons rapidement sur les choses qui fâchent (ou qui effraient, plutôt), soit son prix de 75€ la palette de trois fards, deux gloss et un pinceau double embout. Ce qui fait que, malgré toute la splendeur de l’objet, je suis certaine que je n’aurais pas succombé sans mes chèques cadeaux.

Il existe deux versions de la minaudière, la Granville Garden que je vais vous présenter, et la Milly Garden composé de fards bleu, gris et blanc et dont vous pouvez voir les swatches sur le blog PrimeBeauty.

L’écrin en lui-même s’apparente à une petite pochette recouverte d’un cuir léger matelassé et vernis. Les finitions, dignes d’une joaillerie fine (telles que les roses en guise de fermoir) sont en métal, conférant à la palette un poids conséquent.

Une fois ouverte la palette se présente ainsi: les trois fards poudre sont réunis à gauche dans des godets séparés, tandis que le pinceau se trouve sans grande surprise dans une encoche prévue à cet effet, en dessous.

Sur la droite l’on distingue un volet de métal fermé. Celui-ci cache en fait le duo de gloss, le protégeant ainsi des éventuelles chutes de poudre ou des poussières.

Bien entendu, un miroir large et d’excellente qualité se trouve au verso du premier battant de l’écrin.

Je dois vous confier que les fards sont visuellement magnifiques. L’embossage des roses est merveilleusement réalisé et confère une ambiance parfaitement champêtre et bucolique à l’ensemble.

On retrouve donc un trio de fards comprenant: un brun et un rose au fini satiné ains qu’un vert anis très clair mais fortement pailleté.

J’ai réalisé quelques swatches au soleil pour vous donner l’idée de leur intensité et de leur brillance sous ses rayons, car mes maquillages faits par la suite ont été photographié à la lumière hivernale, rendant le tout plus « neutre » alors qu’il n’en est rien.

Concernant leur texture, les fards s’avèrent poudreux et s’effritent facilement si la pression est trop forte lors du prélèvement. J’ai toujours rencontré le même problème avec les fards Dior. C’est regrettable car à cause de ça, l’embossage dure moins longtemps.

Vous serez également déçue si vous recherchez de l’intensité dans cette palette, car les fards sont loin d’être hyper pigmentés.

Concernant les gloss là aussi, ne cherchez ni l’opacité ni la couleur. L’effet recherché est un rendu en transparence, brillant et naturel pour rester dans l’ambiance voulue: la fraîcheur.

D’ailleurs, cette fraîcheur se retrouve dans le premier gloss puisqu’il s’agit tout simplement du Lip Maximizer qui hydrate, lisse, repulpe et apporte une sensation de « menthe glacée » sur les lèvres. Dans l’autre godet se trouve un Ultra gloss qui, même s’il parait plus foncé, ne se voit guère plus sur les lèvres.

Sur mes lèvres, le Lip Maximizer (son effet repulpant est tout de même très léger) qui donne une teinte « baby rose ». Je n’ai pas de swatches pour ces deux brillants à lèvres. Néanmoins si vous en voulez vous pourrez en trouver de parfaits chez FruityLashes.

Alors certes tout cela parait bien mitigé, mais pourtant il est bel et bien possible de s’en sortir avec un joli maquillage qui non seulement ne plombe pas le visage, mais sublime les atouts naturels de celui-ci en les mettant en valeur très simplement.

Premier essai:

En effet, on a tout sous la main pour définir et illuminer le regard:

– Un rose satiné, qui s’utilise en base pour unifier toute la paupière mobile,

– Un brun pour creuser le coin interne des paupières afin de définir le regard,

– Et enfin, un vert pailleté pour accrocher la lumière sous l’arcade sourcillière et au coin interne des yeux.

En clair, on peut avoir un maquillage de base, rapide et facile à faire avec le trio de fards de la palette.

Et malgré leurs inconvénients de texture, les fards ont quand même une tenue respectable sans base et ont l’avantage de se fondre aisément entre eux.

Deuxième essai:

Il n’est pas interdit non plus d’associer la palette à d’autres fards afin d’intensifier ces derniers. Ainsi pour ce maquillage, j’ai utilisé

– le vert anis en base seulement,

– un fard noir YSL pour la « banane » du creux de paupière,

– l’aqua eyes noir de MUFE en liner

– et le rose de Granville Garden sous l’arcade sourcillière.

Et ainsi de suite…

Ici j’ai joué avec le brun en base, le rose en coin interne et le vert anis sous l’arcade (avec un fard marron en liner). D’ailleurs, le brun est magnifique au soleil puisqu’il dévoile un intense reflet doré.

Mon dernier essai…

Produits utilisés: Teint: Diorskin Forever fluide 010, Laura mercier secret camouflage, Jurlique poudre libre au citrus, Chanel Joues contrastes rose écrin, Chanel crayon sourcils 40; Yeux: UD Primer potion, Dior Granville garden, MAC embark, Laura mercier long lash mascara; Lèvres: Dior lip maximizer & ultra-gloss Granville garden.

Voilà une palette qui selon moi reste de collection. Quand on achète un objet de cette valeur là, s’offrent à nous deux solutions: soit on touche, soit on ne touche pas pour garder sa magnificence intacte. Mais quoi qu’il en soit, cela reste un superbe objet à offrir pour une amatrice de la marque ou simplement une beauty-addict…

Quelques photos pour rêver aux futurs instants bucoliques du printemps…

Merci de m’avoir lue. A très vite!

19 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.